vendredi 20 janvier 2017

ALPHIE BLOOM, l’héritage du druide, de Gabrielle Kent

Sorti le 12 novembre 2015

Résumé : Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n’importe lequel, le château d’Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d’ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l’unique gardien d’une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l’aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s’en emparer.

Mon avis : Avant toutes choses, j’aimerai remercier Camille des éditions Michel Lafon pour m’avoir permise de lire ce livre. Il ne fut certes pas mon premier choix mais ce n’est pas pour autant que je le regrette car j’ai finalement passé un bon moment avec cette lecture dont l’univers fantastique pourra ravir les amateurs du genre.

Alfie est un jeune garçon de douze ans, orphelin de mère, il vit désormais avec son père bien trop concentré sur ses travaux scientifiques pour lui prêter l’attention qu’il mérite. Sa vie est morne et il est loin de se plaire dans cet endroit depuis la mort de sa mère. Alors le jour où il reçoit un drôle de courrier lui annonçant qu’il est l’héritier du château d’Hexbridge, inhabité depuis 600 ans, il exulte littéralement, voyant là l’opportunité d’enfin changer de vie. Et sa vie va plus que changer. De gens pauvres, ils vont voir leur fortune augmenter considérablement, Alfie va aussi goûter à la popularité mais surtout il va renouer avec sa famille maternelle qui vit dans la même ville.
Toutefois, vous vous doutez bien que personne n’hérite d’un château comme ça ! Alfie va alors découvrir qu’il était prédestiné depuis 600 ans à devenir le gardien du château mais surtout de la …magie du Druide Orin.
Le jeune garçon va alors vivre de drôles d’aventures. Mais le danger rôde autour du château, des voleurs s’en prennent au bétail et ses deux nouvelles directrices semblent terriblement attirées par le château et les trésors qu’il recèle. Alfie saura-t-il déjouer les pièges qui lui sont tendus tout en savourant son nouvel héritage ?

En refermant ce livre, j’étais mitigée. Le livre est très bien écrit, le style est fluide et l’histoire est plutôt sympa. Toutefois, le début manque clairement de crédibilité. Je peux comprendre qu’un gamin puisse être crédule mais un adulte ? Pourtant, face à certaines situations, j’avoue ne pas avoir compris la réaction du père d’Alfie. Sous oublier certains événements qui sont vraiment gros à avaler, dommage.
Toutefois, pour contre balancer le manque de crédibilité, je peux vous assurer que l’auteur ne manque vraiment pas d’imagination, la même qui nous envoie dans toutes sortes de situations.

Du côté des personnages, Alfie est un jeune garçon attachant. Il est certes jeune, mais c’est un bonhomme courageux que l’on apprécie de suivre.
Il est toujours accompagné de ses cousins, les jumeaux, Maddie et Robin.
Bien que diamétralement opposés dans leur caractère, ils se complètent toutefois et surtout sont un soutient très important pour Alfie. A eux trois, ils vont voguer d’aventures en aventures, bravant tous les dangers.

Je ne regrette donc pas un instant d’avoir plongé dans cette histoire très plaisante à lire qui n’est pas sans nous rappeler celle du sorcier à la cicatrice en forme d’éclair de Mme Rowling sur certains points. Je ne doute pas qu’elle plaira à un lectorat friand d’histoire fantastique abracadabrante.

Mes extraits :
« À l’attention d’Alfred Bloom
Ledit Alfred grimaça. Il n’y avait que des gens comme son proviseur, la propriétaire de l’appartement et ce vieil aigri de Mr Filbert à l’étage du dessus pour l’appeler comme ça. Au dos, on avait apposé un large sceau en cire avec deux corbeaux perchés sur une balance. Alfie trouvait dommage de devoir le briser mais quelques secondes suffirent à le réduire en morceaux. Il trouva à l’intérieur une lettre assez formelle. Il sentit l’odeur de vieux livre de l’épais papier crème. En relief, un motif doré ornait la feuille sur laquelle était écrit :
Cabinet Muninn & Bone (fondé en 1086)
Cher Monsieur Bloom,
Vous avez rendez-vous avec l’un de nos associés samedi 23 juillet à 23 h 59, pour évoquer le transfert de votre héritage substantiel.
La loi nous oblige à exiger la présence de votre père,
Mr William Horatio Bloom.
Notre fiacre viendra vous chercher à exactement 23 h 26.
Cordialement,
Emily Fortune
Responsable administrative

Un « héritage substantiel » ? On lui aurait laissé quelque chose dans un testament ? Alfie relut le message, étourdi par la nouvelle. D’autant qu’on était le 23 juillet ! Il courut vers l’atelier de son père, cette étrange invitation à la main.
— Tu es sûr à cent pour cent que ce n’est pas un camarade de classe qui te fait une blague ? dit son père qui lisait la lettre sur la table brinquebalante de la cuisine, tout en se grattant la nuque d’un air pensif. — Oui, papa, pour la cinquième fois, j’en suis sûr! marmonna Alfie la bouche pleine de son sandwich œufs-thon-choux de Bruxelles (le petit déjeuner était souvent un mélange imaginatif de ce qui restait dans les placards). Je ne vois pas qui se donnerait autant de mal pour une simple blague.
Le père d’Alfie était un homme grand aux cheveux noirs tout ébouriffés, sans doute du fait qu’il se grattait la tête en permanence. Il portait son gilet préféré, vert avec beaucoup de poches, que son épouse lui avait tricoté. Alfie s’aperçut qu’il paraissait beaucoup plus ample qu’autrefois. Il se risqua à faire un nouveau sandwich, cette fois goût chips-betterave-comichons, pour patienter tant bien que mal le temps que son père termine d’analyser la lettre. Au bout d’un long moment, ce dernier finit par se lever.
— Une tasse de thé, fiston ?
Il fouilla dans les placards vert sale au-dessus de l’évier à la recherche de sachets de thé et de tasses propres. Mrs Craddock, la propriétaire, n’avait pas redécoré l’appartement en près de quarante ans. Eux avaient emménagé quelques années auparavant pour économiser afin de pouvoir construire leur propre maison, mais depuis la mort de la mère d’Alfie, leurs économies avaient bien diminué. Son père ne parlait plus du tout de construction. Alfie comprenait pourquoi : même s’ils avaient pu se l’offrir, il n’aurait pas voulu vivre sans elle dans la maison dont elle avait rêvé.
— Bon, Alfie, dit son père en versant le thé, je n’ai jamais entendu parler de Muninn & Bone, mais je dois admettre que la lettre m’a l’air authentique.
— À ton avis, ils veulent dire quoi par « héritage substantiel » ?
Aucun de leurs proches n’était mort, du moins récemment, et ils ne connaissaient personne d’un tant soit peu aisé.
— Il n’y a qu’une seule façon de le savoir, répondit son père, souriant, en lui offrant une tasse fumante. »
*** ***
« Le garçon regarda le château de Hexbridge par la vitre de la voiture, son château, qui surplombait une falaise, face au lac Archelon. C’était incroyable. On aurait dit que quelqu’un avait pris les meilleurs morceaux de différents châteaux et les avait assemblés en une seule structure compacte, avec des tours, des tourelles, des balcons et des remparts à foison. Une petite rivière coulait vivement des collines au loin, contournant le château avant de se précipiter de la falaise de part et d’autre de la construction, en deux cascades étincelantes. Alfie en eut le souffle coupé. Il n’avait jamais rien vu d’aussi beau. Les deux nuits à attendre pour emménager allaient être une torture.
Il détacha enfin son regard quand ils prirent l’allée couverte de feuilles et baignée de soleil qui conduisait à la ferme Merryweather, où sa mère et oncle Herb avaient grandi. Quand ils passèrent à travers une ouverture presque invisible dans la haie, deux enfants hurlèrent de joie et bondirent de la barrière sur laquelle ils étaient assis. La fille avait des cheveux blond foncé qui n’avaient pas dû être brossés depuis des jours. Les cheveux du garçon étaient de la même couleur mais bien mieux entretenus, comme ses vêtements d’ailleurs. Alfie sourit. Cela l’étonnait toujours de voir comme ses cousins se ressemblaient et étaient pourtant si différents.
— Alfie!
Ils ouvrirent la barrière en grand et coururent le long de la voiture qui remontait tranquillement l’allée vers la ferme.
— On pensait que vous n’arriveriez jamais !
— Maman a dit que vous alliez vivre au château ! s’écria Madeleine à travers la vitre, ses cheveux ondoyant avec vigueur derrière elle. Qui est-ce qui te l’a donné? Vous êtes riches, maintenant?
Avant qu’Alfie ne puisse répondre, Robin mit son grain de sel depuis l’autre vitre, les yeux brillants.
— On peut aller l’explorer avec toi? Je n’ai vu que des châteaux en ruines. Ce serait génial de voir l’intérieur d’un château fermé depuis des siècles !
Alfie rit en voyant les visages d’ordinaire si sérieux de ses cousins s’illuminer.
— Je veux voir les donjons! ajouta Madeleine en tirant sur la portière pour faire sortir Alfie avant même que la voiture ne soit arrêtée. Je parie qu’il y aura plein d’instruments de torture dedans !
— Pour l’amour du ciel, laissez ce pauvre garçon tranquille ! résonna une voix. Il a voyagé toute la journée et je suis sûre qu’il aimerait manger quelque chose avant que vous ne commenciez à l’embêter.
— Tante Grace ! s’écria Alfie alors qu’une femme aux boucles sauvages sortait de la ferme. »

Chronique de Sandy Twi-cops
Broché: 296 pages
Éditeur : Michel Lafon

Photo du jour

On va se quitter avec l'un des personnages de Chicago ... Police Department que nous allons aussi croiser dans Chicago Med !! 

Il s'agit de Jesse Lee Soffer - 32 ans, Ossining, État de New York, États-Unis qui incarne Jay Halstead.

Et voici la grande famille de Chicago !!
De Coco Tessie-cops

jeudi 19 janvier 2017

LE MONSTROLOGUE de Rick Yancey

Sort le 19 janvier 2017

Résumé : La peur est parfois notre seule amie.
« Voici les secrets que j'ai gardés. La confiance que je n'ai jamais trahie. Mais cela fait aujourd'hui plus de quatre-vingt-dix ans qu'est mort celui qui m'a accordé sa confiance, celui dont j'ai conservé les secrets. Celui qui m'a sauvé... et aussi condamné. » Ainsi commence le journal de Will Henry, jeune apprenti auprès d'un docteur à la spécialité des plus inhabituelles : la chasse aux monstres. Au fil des années passées à ses côtés, Will s'est accoutumé aux visites nocturnes et aux missions périlleuses. Mais lorsqu'une nuit, un pilleur de tombes leur apporte une trouvaille particulièrement macabre, Will et son maître se retrouvent embarqués dans une vertigineuse descente au cœur de l'horreur...

Mon avis : Après avoir lu et aimé « la 5ème vague » de Rick Yancey, j’étais bien évidemment très impatiente de lire un autre de ses ouvrages. Pourtant, en lisant le résumé, je suis rapidement passée de l’impatience au scepticisme, pour finalement laissé place à la curiosité quand la collection R nous l’a proposé. Je les remercie donc vivement pour cet envoi et cette découverte.

Je dois vous avouer que lorsque j’ai commencé ce livre, j’ai eu beaucoup de mal. Non pas parce qu’il est mauvais, mais tout simplement parce que la mise en place de l’histoire est longue. Pourtant, avec un peu de persévérance, j’ai finalement été happée par l’imagination de Rick Yancey. Ai-je aimé ce livre ? Je ne sais pas vraiment tant l’histoire est vraiment particulière.

En effet, fait très rare dans mes lectures, cette histoire ne contient aucune romance et peut être considérée comme un livre d’horreur. De plus, le récit ne commence pas directement avec le personnage principal mais par le point de vu d’un auteur contemporain qui obtient les journaux intimes de ce vieux monsieur décédé qui prétendait avoir plus de cent trente ans avec la tâche de découvrir des indices sur sa famille.
Nous plongeons alors en 1888, en Nouvelle Angleterre aux Etats-Unis, dans l’incroyable histoire de Will Henry, comme si nous étions cet auteur qui lirait les mémoires d’un homme.

Will Henry n’avait qu’onze ans lorsqu’il a perdu ses parents dans un terrible incendie. Désormais orphelin, il est recueilli par le très secret docteur Warthrop, l’homme qu’admirait tant son père et pour lequel il servait d’assistant.
En reprenant le flambeau bien malgré lui, Will Henry était loin de se douter que sa vie aller virer au cauchemar, car Warthrop est loin de l’idée que l’on se fait d’un médecin traditionnel.
Là où ses confrères ont choisi la chirurgie, la médecine ou encore la psychiatrie, le Docteur Whartrop se démarque à l’insu de tous, en consacrant sa vie et son temps à l’étude des monstres et plus particulièrement les Anthropophagus avec l’aide de son jeune assistant.
Bien que l’étude n’ait jamais été mise en pratique, Warthrop est convaincu que ces monstres existent et lorsqu’un pilleur de tombes débarque en pleine nuit avec l’un d’entre eux agrippé et mort au corps d’une défunte, le docteur y voit alors la chance de sa vie.
Toutefois, la situation qu’il pensait maîtriser va peu à peu lui échapper et comprendre que la présence de ces monstres parmi eux dépassent tout ce qu’ils auraient pu penser. Mais ce n’est vraiment qu’après le massacre de toute une famille que les questions vont tomber, notamment la plus importante : comment ont-ils pu arriver jusqu’aux Etats-Unis et exactement à l’endroit où vit le seul monstrologue de la région ? La chasse est désormais ouverte, qui des monstres ou de Will Henry et du docteur vaincra ? Viendront-ils à bout de ces bêtes abominables ?
Mais surtout, cette histoire est-elle vraie ou sortie tout droit de l’imagination débordante d’un vieil homme ?

Comme je le disais donc plus haut, la mise en route de cette lecture fut fastidieuse et pourtant, j’en ressors plutôt satisfaite. D’un côté, l’histoire est franchement morbide mais de l’autre, elle fait tellement réelle qu’on finit par se prendre au jeu et vouloir savoir absolument le dénouement.
Voilà le point fort de Rick Yancey : son style d’écriture. Cet homme est un génie des mots, son imagination est complètement débordante mais s’appuie sur quelques faits réels qui finissent par vous faire douter. Qu’il relate cette histoire à la première personne du singulier, du point de vu de Will Henry, nous la rend d’autant plus réelle.

Du côté des personnages, encore une fois, tout est très bien développé.
Le jeune Will Henry est un jeune garçon très courageux et malgré son jeune âge, il semble bien plus vieux. Je n’ai pas forcément remarqué d’évolution dans son personnage, mais plutôt une prise de confiance en lui qui lui permet d’affronter les événements. Il est un narrateur fort intéressant et voir l’histoire à travers ses yeux d’enfants nous la rend encore plus horrible.

Le Docteur quant à lui, est un personnage qui pourrait paraître froid. Il m’a franchement agacée un bon nombre de fois à pousser Will Henry avec son « du nerf, Will Henry » mais on finit par comprendre que c’est seulement un homme seul qui recherche la reconnaissance.

Et enfin, nous avons les vedettes de ce livre : les anthropophagus.
Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les monstres, ceux-ci dépassent de loin les pires cauchemars des hommes, pour la simple raison qu’ils vivent depuis toujours dans les contrées lointaines de l’Afrique et que leur seule et unique nourriture est la chair humaine.
Ces êtres dépourvus de tête mais pourvus de yeux au niveau des épaules et d’une bouche peuplée de plus de dents que vous n’aurez le temps de compter située au creux de leur ventre, mesurent près de deux mètres, sont véloces et n’ont qu’un but : manger. Généralement regroupé en meutes d’une trentaine de spécimens, ils se servent des hommes comme nourriture et corps incubateur pour mettre au monde leur progénitures.
Inutile de vous dire que j’ai failli vomir un paquet de fois et que j’avais même parfois l’impression de sentir leur horrible odeur rien qu’en la lisant.

En bref, ce livre ne sera peut-être pas un coup de cœur, il m’aura aussi donné du fil à retordre dans les premières pages et pourtant, et pourtant, j’ai découvert un nouveau genre de livre qui me satisfait tout autant qu’une romance ou un livre de fantasy : le livre d’horreur. Grâce à Rick Yancey et son style d’écriture tellement bon, je ne doute pas que les adeptes et les non-adeptes du genre pourront y succomber, comme j’ai pu y succomber.

Mes extraits :
« Durant un long et horrible moment, il n’y eut plus aucun bruit, mis à part les doux reniflements de Bessie et le bruit de ses sabots qui continuaient à marteler le sol. Les épaules crispées, le docteur leva sa main gauche, nous ordonnant ainsi de rester silencieux. Un terrible pressentiment m’envahit. Quelques secondes s’écoulèrent encore, pendant lesquelles la nervosité de la jument s’accrut, tout comme la mienne.
Et soudain, trouant l’horrible silence, un sifflement s’éleva en provenance des arbres.
Faible et grave à la fois. Rythmé. Il ne provenait pas d’un point particulier, mais de plusieurs. Etaient-ce des échos – des répliques ? Le sifflement n’était pas continu, mais sporadique : shhh… une pause… shhh… une pause… shhhhhhh… »
*** ***
« Ils sont partis, j’vous dis, docteur !
Comme bien souvent pour les humains en pareil cas, la peur d’Erasmus Gray, s’était transformée en colère.
- On n’est même pas sûrs qu’ils étaient là ! poursuivit-il. Vous savez, on entend de drôles de choses dans le cimetière, durant la nuit. Vous pouvez me croire ; j’ai l’habitude de v’nir ici ! Maintenant, vous pouvez rester si vous l’voulez, Dr Pellinor Warthrop, mais moi et ma jument, on s’en va ! J’vous ai déjà dit qu’on aurait pas dû venir ce soir, et qu’on aurait pas dû non plus amener cet enfant. Moi je fiche le camp d’ici, et si vous voulez que je vous raccompagne en ville, vous venez avec moi.
Il déposa son fusil à nos pieds, et s’apprêta à sortir du trou.
Mais Erasmus Gray ne quitta jamais cette fosse.
Une gigantesque patte, qui devait bien mesurer le double d’une main humaine, et dont les doigts d’un blanc laiteux se terminaient en redoutables griffes acérées de plusieurs centimètres, surgit brutalement du sol entre ses pieds, suivie par un bras musclé et dépourvu du moindre poil, taché de terre et de calcaire. Et soudain, tel le Léviathan de cauchemar émergeant des profondeurs, d’énormes épaules s’élevèrent de terre ; la lueur de la torche éclaira d’abominables yeux noirs impassibles, puis – située au milieu du torse triangulaire de la créature – apparut l’effroyable gueule béante, bordée de trois rangées de crocs pointus, et prête à mordre, comme celle d’un requin excité par l’odeur du sang. »

Chronique de Sandy Twi-cops
Broché: 464 pages
Editeur : R-jeunes adulte
Collection : R

Photo du jour

Alors lui, on ne le présente même plus !!
Je veux bien sûr parler de Taylor Kinney, 35 ans, Lancaster, Pennsylvanie, États-Unis qui joue dans Chicago Fire (Lieutenant Kelly Severide). Il va faire plusieurs apparitions au cours la saison 1 😍
De Coco Tessie-cops

mercredi 18 janvier 2017

HOTWIRED, Tome 1 : Dérapage Contrôlé de Tracy Wolff

Sorti le 25 Novembre 2016

4ème de couverture : Embarquez pour le plus torride des tours !
Après avoir passé des années en prison, Nic Medina file droit depuis qu’il a ouvert un garage où se pressent tous les pilotes de course automobile. Lorsqu’un flic véreux le menace d’envoyer son neveu aux services sociaux s’il ne vole pas des voitures pour lui, Nic accepte. Mais il ne se doutait pas que sa cible serait aussi séduisante et se nommerait Jordan… Devenue un témoin dangereux qu’il faudrait supprimer, la jeune femme a besoin de protection. Mais comment Nic va-t-il pouvoir dénoncer le chantage odieux et sauver Jordan dont les regards brûlants le font démarrer au quart de tour… ?

Mon avis : Je vous l’ai dit, mon mois de décembre a été consacré à la romance et au new adult. Alors je continue avec la nouvelle série de Tracy Wolf « Hotwired » qui nous plonge dans le monde des voitures, des courses et des ripoux. Oui je sais, tout un programme !
Par contre, il faut s’accrocher car tout se passe dans un laps de temps très court, donc tout va très vite … les sentiments, les actions et les décisions. Ce qui est tout à la fois positif et négatif. Positif car ça évite les longueurs et les répétitions, et négatif car au final certaines situations peuvent nous paraitre exagérées, irréelles ou survolées.
Alors même si ce premier tome n’est pas parfait car certains sujets manquent tout de même d’approfondissement, ça n’en reste pas moins une lecture agréable et puis on ne va pas bouder le plaisir de retrouver la plume de Tracy Wolf.
« Hotwired » c’est de la vitesse, des voitures, des magouilles, des amis, de la confiance et de la passion.
La narration est comme je l’aime, c’est-à-dire en alternance entre Jordan et Nic.

Jordan Bass est étudiante tout en travaillant comme serveuse. C’est aussi une jeune femme qui a passé plusieurs années à vivre dans la peur et la douleur, mais elle est bien décidée à changer et à profiter de la vie. D’ailleurs elle commence en piochant dans ses économies pour acheter une voiture aux enchères de la police. Par contre les sièges doivent être retapés vu que le véhicule a fait l’objet d’une perquisition plutôt musclée et pour ça, elle va devoir faire appel à un pro. Mas alors qu’elle se rend à une course automobile afin de négocier avec son contact, ses yeux se posent sur le grand Nic Medina.

Nic Medina est un ex-tolard qui tente de se racheter aux yeux des siens. Il a ouvert Hotwired avec ses amis ou ils customisent et améliorent les voitures qui leurs sont confiés par les pilotes automobiles, et c’est une affaire qui marche très bien. Mais tout ceci ne l’empêche pas de participer à des courses de voitures d’où il ressort souvent vainqueur et ce soir-là, ses yeux se posent sur une splendide rousse qui l’attire dès le premier regard.

Le lendemain, alors que Jordan se rend à sa voiture pour prendre sa pause, qu’elle n’est pas surprise de voir qu’on est en train de la lui voler. Et plus grande surprise encore le voleur n’est autre que Nic Medina … et quand il passe en trombe à côté d’elle, il l’attire dans la voiture avec lui et prend la fuite. Jordan est terrorisé et Nic ne sait plus quoi faire … ça ne devait pas se passer comme ça !

C’est à force de patience et de douceur que Nic va réussir à convaincre Jordan qu’il ne lui veut pas de mal et que tout ceci n’est pas contre elle. Il n’avait pas d’autre choix que d’obéir au ripou qui lui a demandé ce service. Mais Jordan est bien plus forte qu’il n’y parait et Nic n’est pas au bout de ses surprises !

Nic viendra-t-il à bout de ce ripou qui lui pourri encore la vie ?
Réussira-t-il à franchir les barrières de Jordan ?
Quand à Jordan, réussira-t-elle à se livrer à Nic ?

Au niveau des personnages, on côtoie énormément la bande de pote de Nic, qui travaillent aussi pour et avec lui. Ils sont tous intéressants et captivants car on devine que chacun à son histoire mais une chose les unis en dehors de Nic, c’est leur amitié et leur dévouement qui sont plus forts que tout. C’est une vraie famille.

* Jordan a vécu une expérience traumatisante qui continue de régir sa vie et ses émotions. Elle ne fait confiance à personne, pourtant avec le sexy et dangereux Nic Medina ça va être différent. Elle le comprend et ressent le besoin de l’aider, avec lui, elle se sent vivre malgré ce qu’elle est en train de vivre ! Malgré sa fragilité et sa timidité apparente, c’est aussi une jeune femme qui a du caractère et qui n’hésite pas à tenir tête quand c’est nécessaire.

* Nic, bad boy so sexy avec un coeur en or ! Il est tout aussi dangereux que tendre, tout aussi sauvage que gentleman et c’est ce qui fait qu’on s’attache à lui. Il est difficile de l’approcher ou le toucher émotionnellement mais quand il vous a adopter, c’est pour la vie et à partir de là, il est prêt à donner sa vie. Par contre son côté « tout est ma faute, je ne suis pas quelqu’un de bien » peut être usant à la longue surtout qu’il n’accepte pas qu’on lui dise le contraire.

En bref, un premier tome avec quelques défauts mais qui reste agréable à lire et qui n’empêche pas de vouloir lire la suite. Cette fois, Tracy Wolf nous plonge dans l’univers des voitures, des ripoux et de la drogue.


Mon extrait :
- Calmez-vous ! ordonné-je en me tournant vers elle pour capter son attention. Je ne vais pas vous faire de mal. Je ne suis pas …
Elle m’envoie un grand coup dans les parties et je vois trente-six chandelles. Je relâche mon étreinte l’espace d’une seconde, et cela lui suffit. Elle me porte un coup de biais au visage et elle se précipite hors de la voiture sur le sol du garage.


Chronique de Coco Tessie-cops
Poche: 480 pages
Éditeur : Milady Romance
Collection : Suspense

Photo du jour

Aujourd’hui on va s’intéresser à Brian Tee, 39 ans, Préfecture d'Okinawa, Japon qui incarne le Dr Ethan Choi.
Alors votre avis ?
De Coco Tessie-cops

mardi 17 janvier 2017

UP IN THE AIR #4 - Mister B de R. K. Lilley

Sorti le 12 janvier 2017


4ème de couverture : Dans Mister B. , R.K. Liley se place du point de vue masculin et réussit une véritable performance, sans répétitions ni redites : nous faire entrer dans la complexité de James Cavendish et de Stephan, l'ami de Bianca.
Le livre navigue entre le passé et le présent et nous vivons avec James l'attraction physique et sensuelle qu'exerce Bianca sur lui.
Nous revivons toute la tension sexuelle qui unit les deux amants et qui leur fait vivre une incroyable histoire d'amour.
Mais nous découvrons également l'histoire de l'amitié qui unit Bianca et Stephan avec des scènes déchirantes de leur adolescence tourmentée. 

Mon avis : Lors de mes lectures des trois tomes précédents, il m’avait manqué le point de vue de James. Cet homme qui soufflait le chaud et le froid. Un instant agréable, doux et chaleureux et l’instant d’après désagréable, froid et distant. Et bien me voilà servi avec Mister B !
Alors quand on vous annonce un tome supplémentaire mais uniquement du point de vue masculin, on se dit "Ok c'est pour moi !" mais il n'empêche que le doute est là, car si c'était une simple réécriture. Verdict ... qu’en est-il avec Mister B ?
Et bien, on nous avait promis un livre sans répétitions ni redites, je dirai simplement ... pari réussi !!
Même si tout tourne autour de Bianca, R.K Lilley nous offre un livre à part entière qui nous dévoile les pensées et les ressentis de James mais pas que, puisque Stephan a également voix au chapitre. L'auteure creuse ses deux personnages qui ont tant à nous faire partager et ce, sans jamais tomber dans la redondance. Tout comme elle va en profondeur de leurs sentiments. Et puis bien sûr on découvre aussi comment l'entourage de Stephan et Bianca perçoit cette intimité, qui n'a pas de mot pour être décrite.

Avec James on découvre et comprend ce qui fait qu'il est autant attiré par cette jeune femme qui est totalement ignorante de l'univers sexuel qui est le sien. Vous croyez au coup de foudre ? James non ! Et pourtant dès qu'il pose les yeux sur Bianca il sait qu'elle fera partie de sa vie, que plus rien ne sera comme avant. Et il ne reculera devant aucun obstacle pour être avec sa belle, tout comme il apprendra à composer sa jalousie et Stephan qui n'est jamais très loin.

Stephan lui, nous laisse voir les côtés sombres de sa personnalité ce qui nous permet de voir comment est né cette amitié, cette fidélité sans faille qui l'unit à Bianca. On découvre également tout ce qu'il a fait et jusqu'où il est allé pour protéger Bianca. Mais on comprend surtout que Bianca lui permet de se reconstruire tout comme Javier d'ailleurs.

En résumé, un livre que j'ai pris plaisir à lire. Mister B complète parfaitement l'histoire de Bianca. Il nous apporte des éclaircissements sur certaines situations et nous permet de mieux comprendre James et Stephan.  

**Merci à Marion et à la Collection Blanche pour cette lecture**

Mes extraits :
Je sais, tout simplement, dans mon for intérieur, là ou les certitudes ont le plus de poids, que je ne serai jamais rassasié d'elle.
Je suis perdu. Elle m'a trouvé.
[...]
J'ai possédé son corps vierge, mais tout aussi sûrement, elle s'est emparée de mon coeur vierge.
*** ***
Elle est mon péché et mon temple. Je la profane et l'idolâtre en même temps. Je la vénère et l'avilis. Je la souille et la glorifie.
En elle, j'ai trouvé mon paradis terrestre personnel.   


Chronique de Coco Tessie-cops
Broché: 360 pages
Éditeur : Blanche
Collection : New Romance

Photo du jour

Ah voilà mon chouchou 😍
Et je parle bien sûr de Colin Donnell - 34 ans, Saint-Louis, Missouri, États-Unis qui incarne le Dr Connor Rhodes.
Nous l'avions déjà vu dans Arrow 😉
De Coco Tessie-cops

lundi 16 janvier 2017

ONE, même pas peur, de Jacinthe Nitouche

Sorti le 6 janvier 2017 - Lecture Ebook

Résumé : On se retrouvera. C’est une évidence. Sacha et Charlie croyaient à ces derniers mots échangés juste avant que Charlie déménage. Voisins et meilleurs amis, ils se doivent leurs plus beaux souvenirs et une complicité sans faille qui a rythmé leur enfance et leur adolescence. Sans que rien ne vienne faire de l’ombre à leur rôle de frère et sœur protecteurs, à la relation fusionnelle qui les lie et que personne ne semble comprendre. Alors, quand Charlie cesse de donner des nouvelles du jour au lendemain, la tristesse de son départ fait place chez Sacha à l’interrogation, puis à la colère. Quand elle revient au bout de deux ans sans prévenir, les deux amis de toujours sont réduits à deux étrangers. À l’aube de leur entrée dans la vie adulte, Sacha pensait avoir réussi à oublier celle qui l’a hanté pendant tout ce temps. Mais il s’est menti : il n’a rien oublié, ni le manque ni l’absence. Ni rien de tout ce qui fait que leur relation ne peut s’arrêter ainsi…

Mon avis : Il y a quelques mois déjà, vous aviez pu découvrir la chronique de Nini sur ce même livre, pestant que One ne soit pas encore publié. C’est désormais chose faite chez Blackmoon et je suis très honorée aujourd’hui, de pouvoir vous donner, à mon tour, mon avis sur l’histoire de Charlie et Sasha.

Charlie n’a que 9 ans quand elle emménage juste à côté de chez Sasha qui a 1 an de plus. Rien ne prédisait que ces deux jeunes enfants puissent développer une quelconque affection l’un pour l’autre, et pourtant, après avoir passé de nombreuses heures collé l’un à l’autre, le mot affection semble bien dérisoire pour décrire leur relation. Ces deux gamins s’aiment, s’adorent, non pas comme deux adultes, mais comme des frères et sœurs qui n’ont aucun lien de sang. Une amitié tellement forte que personne n’arrive à la comprendre. Alors le jour où Charlie déménage à nouveau et disparaît pendant 2 ans, leur monde s’écroule et lorsqu’elle réapparaît, Sasha n’est plus le même.
Sauront-ils retrouver les liens qui les liaient alors ? Désormais presqu’adultes, cette amoumitié prendra-t-elle un nouveau tournant ?

Quand je suis arrivée la première fois sur la bulle, je n’avais qu’une idée en tête : trouver un nouveau livre qui me fasse autant vibrer que Twilight. Alors bien évidemment, depuis le temps, j’ai connu pas mal de coup de cœur, notamment la saga Fever de KMM que j’ai découvert grâce à Jaja. Qui aurait cru, après nos fous rire sur Barrons et Cie, qu’un jour, ce serait elle qui me ferait autant vibrer ?
Alors bien évidemment, j’avais adoré les BBB et les Summertime mais sur ce coup-là, je n’étais franchement pas rassurée sur ce livre qui relate plus une histoire d’amitié, qu’une histoire d’amour.

Et pourtant, après avoir refermé ce livre, j’ai à nouveau la bouche ouverte et le cœur qui palpite. Bien que le style soit différent, Jacinthe a, une fois encore, réussi à totalement m’embarquer avec Charlie et Sasha. J’avais beau ne pas savoir où mènerait cette histoire, je tournais avidement les pages sans pouvoir m’arrêter jusqu’à ce qu’il soit terminé.
J’ai vraiment adoré lire ce livre, j’ai adoré détester certains passages, ou personnages. J’ai adoré vibrer et chanter au rythme de U2, mon groupe préféré de toute la vie ! J’ai adoré douter des personnages, de leur histoire. Mais plus que tout j’ai adoré Charlie et Sasha qui sont indissociables. Ils ont des défauts, sont têtus, jeunes et beaux mais ils ont surtout ce lien qui les relie. J’ai tant de fois voulu qu’ils essayent ensemble pour finalement changer d’avis car ce qu’ils vivent est tellement beau ! On dirait presque des jumeaux sans lien de sang, des âmes-sœurs d’amitié même si cela est très rare entre homme et femme.

Séparément, Charlie est vraiment une jeune femme de 17 ans très agréable à suivre. Elle a du caractère, sait ce qu’elle veut et mène Sasha par le bout du nez. Toutefois, elle a aussi ce petit côté fragile qui fait que l’on s’attache immédiatement à elle.

Sasha, quant à lui, est le beau gosse par excellence. Il attire les filles comme des mouches et ses hormones de garçon de 18 ans, le remercient. On pourrait dire aussi que c’est un petit con, comme la plupart des mecs de son âge, pourtant, c’est un garçon serviable et toujours là pour Charlie, ce qui fait qu’on l’aime d’amour. 

Il y aurait tellement de choses à dire sur ce livre, mais tout vous dire vous gâcherait le suspens. Alors, je ne vous dirais qu’une chose pour terminer : lisez ce livre, c’est une bombe !

Mes extraits :
« Charlie, si t’étais un animal, tu serais quoi ?
- Un aigle. Pour pouvoir survoler la terre. Et toi ?
- Un lion, lance-t-il avant d’ajouter fièrement : pour pouvoir protéger les gens que j’aime.
- Dommage.
- Pourquoi ?
- On ne pourrait pas être ensemble, du coup.
- Moi dans les airs, toi sur terre.
- Je ne me fais pas de souci. On trouvera toujours une solution. »
*** ***
« Mais qu’est-ce que t’as foutu, Charlie ? Il s’est passé quoi ? Pourquoi t’as disparu, d’un coup ? Pourquoi tu m’as laissé ?
Je pensais que j’avais réussi à oublier ce manque qui m’a bouffé pendant tous ces mois, mais maintenant qu’elle est si proche de moi, je réalise que je me suis menti. Je n’ai rien oublié, ni le manque, ni elle, ni rien de tout ce qui la concerne… de ce qui nous concerne. »
*** ***
« - Personne ne te la prend. Pour prendre quelque chose, il aurait déjà fallu qu’elle t’appartienne.
- On s’appartient, justement ! Je ne veux pas qu’elle parte. Je l’aime.
- Mon cœur, l’amour ce n’est pas enfermer l’autre. C’est au contraire le laisser libre, s’épanouir.
- Pourquoi ? Pourquoi, il me la prend ? J’ai besoin d’elle ! »
*** ***
« Is it getting better
Or do you feel the same
Will it make it easier on you
Now you got someone to blame

You say
One love
One life
When it’s one need
In the night
One love
We get to share
It leaves you baby
If you don’t care for it
(…)
One life
With each other
Sisters
Brothers »

Chronique de Sandy Twi-cops
Format : Format Kindle
Taille du fichier : 1549 KB
Nombre de pages de l'édition imprimée : 428 pages
Éditeur : Hachette Black Moon

Photo du jour

Le début d'année rime aussi avec nouvelle série !! 
Comme moi, vous avez peut-être découvert la nouvelle série de TF1 ... Chicago Med.

Je vous propose de faire ou de refaire le tour du casting 😊 
On commence par Nick Gehlfuss - 31 ans, Cleveland, Ohio, États-Unis qui interprète le Dr Will Hastead

De Coco Tessie-cops

vendredi 13 janvier 2017

Résultat du concours Black Moon Romance: One, Même pas peur

Alors? Impatientes de savoir qui a remporté un ebook et une carte dédicacée du roman One, Même pas peur, de Jacinthe Nitouche ????



La gagnante est le commentaire numéro...






Félicitations à Le Guellaut-Michel Elsa !!!
 Tu as le week-end pour nous envoyer ton adresse mail ainsi que ton adresse postale par mail à concours.petitebulle@gmail.com

Bonne lecture et merci à Black Moon Romance pour ce concours!!!

Et pour celles qui n'ont pas eu la chance de le gagner, vous pouvez toujours vous le procurer sur Amazon ou Kobo


TOP & FLOP de l'année 2016

Nous sommes encore dans les temps pour faire notre Top et notre Flop de l'année 2016 !!
Alors oui, ça va encore être très difficile de faire un choix… nous compatissons mais il faut savoir choisir mesdames!!!

Donnez-nous le TOP 5 des livres qui vous ont le plus plu en 2016, ceux que vous considérez comme les meilleurs livres de l'année, ceux qui vous ont complètement obsédées, obnubilées, envoûtées, captivées, ensorcelées,…

 Et faites la même chose avec le FLOP 5 des livres qui vous ont le plus déplu en 2016, ceux que vous n'avez pas fini, qui vous ont endormi ...
 
Bon j'arrête là les synonymes LOL, vous avez compris le concept !!

Voici notre classement à nous avec les liens des chroniques 😬
FLOP
Coco :
  1. Le Jeu du Milliardaire, l'intégral de Heather L. Powell
  2. Mariages à la campagne, de Katie Fforde
  3. Songs of Submission, Tome 1 : Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
Nini:
  1. Phoneplay, de Morgane Bicail
  2. U4, Stéphane, de Vincent Villeminot
  3. Movie Star, Tome 1: Deauville, de Alex Cartier
Sandy :
C'est à vous de jouer!!!

Photo du jour

Et voilà cette semaine passée avec des hommes roux ET sexy touche à sa fin !!
Et c'est Mr Avril qui vous souhaite une bonne journée 😏
De Coco Tessie-cops

jeudi 12 janvier 2017

OFF-CAMPUS, Saison 4 : The Goal de Elle Kennedy

Sort le 12 Janvier 2017

4ème de couverture : Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets d'avocats du pays.
Elle veut aller de l'avant et oublier son passé.
Quand elle croise le beau Tucker, elle n'a à lui offrir qu'une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets.
Mais tout va se compliquer...
Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son coeur.
Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

Mon avis : En commençant ma lecture, j’ai réalisé que The Goal était le dernier livre de la série Off-Campus !
Il est donc temps pour nous de faire plus ample connaissance avec Tucker et Sabrina, même si je l’avoue, je n’avais pas spécialement envie de découvrir Sabrina … peut-être à cause du tableau peu reluisant qui nous en avait dressé Dean !
Mais bon, ce livre est signé Elle Kennedy, alors on y va 😀 Je vais me répéter, mais ce quatrième opus est encore différent des trois autres. Déjà parce que l’histoire se passe en même temps que celle de Dean et Allie, du coup on revit certains évènements mais cette fois vu par Tucker. Ensuite parce que Tucker est à l’opposé de ses potes, Garrett, Logan et Dean, et enfin le sujet abordé est encore différent mais d’actualité.
En tout cas, même si ce tome est plus doux et moins intense, il n’en demeure pas moins intéressant et captivant. On se laisse emporter avec plaisir par la plume de Elle Kennedy qui aborde ce sujet avec justesse et réalisme. Tout comme on se laisse entraîner par Sabrina et Tucker qui vont vivre des moments difficile, intense, touchant et magique 😍

Nous avons une double narration qui nous permet de savoir ce qui se passe et ce que pensent Tucker et Sabrina quand ils se retrouvent séparés.

Après la révélation de Tucker à la fin de The Score, j’étais curieuse de voir comment son histoire avec Sabrina allait évoluer.
Nous revoilà quelques mois plus tôt avant que la vie de Tucker et Sabrina change …

Sabrina est une étudiante ambitieuse qui cumule deux jobs pour pouvoir payer ses futures études de droits à Harvard. Elle ne veut plus de la vie qu’elle a connu jusqu’à maintenant et pour ça, il ne lui faut aucune distraction, aucune relation. Elle privilégie les coups d’un soir et de préférence avec des sportifs. Tant qu’à faire, autant se faire plaisir ! Par contre elle évite les Hockeyeurs … son expérience avec Dean n’est pas dans son top ten ! Alors quand Tucker l’aborde dans un bar, autant dire qu’elle n’est pas très open, pourtant quelque chose dans son regard la fait céder. Mais on s’emballe pas, c’est juste pour un soir.

Tucker est un joueur de Hockey et il est le quatrième de la bande Garrett, Logan et Dean. C’est la maman poule de la bande, il fait à manger, tient la maison propre et respecte les femmes, d’ailleurs il est resté pote avec toutes ses ex ! Alors attention, ce n’est pas un Saint non plus, mais il a d’autres attente et envie secrètement Garrett et Logan. Et quand il croise le regard de Sabrina, quelque chose se déclenche en lui, et il sait que contrairement à ce qu’il lui promet, une nuit ne suffira pas …

C’est à force de patience et de persévérance que Tucker va réussir à séduire Sabrina et à lui faire admettre qu’ils peuvent recoucher ensemble sans que cela entraîne une relation. Au fil des jours et de leur rendez-vous, nous voyons Sabrina changer et tomber le masque de salope qui lui colle à la peau jusqu’au jour où un évènement va changer le cours de leur vie. Le doute, la peur et l’appréhension vont faire partie de leur quotidien.

Quelle est la bonne décision à prendre ?
Quelles conséquences pour l’avenir de Sabrina ?
Peut-elle imposer sa décision à Tucker sans bouleverser sa vie à lui ?
Et Tucker, réussira-t-il à trouver sa place dans la vie de Sabrina ?

Pour ce qui est des personnages, on retrouve bien sûr avec grand plaisir, Garrett, Logan et Dean, même si au final, je n’ai pas trouvé qu’ils étaient trop présents. On découvre également Fitz, un hockeyeur tatoués mais très discret et très réservé. On fait également la connaissance des BFF de Sabrina, Carin et Hope, qui sont présentes dans les bons comme les mauvais moments. Elles seules savent qui est vraiment Sabrina et elles n’hésitent pas à la pousser ou à lui passer un savon quand cela est nécessaire.

* Sabrina est au premier abord une jeune femme hautaine et prétentieuse mais ce n’est qu’une façade. Quand on prend le temps de la connaître, on se rend compte qu’elle n’a pas une vie facile mais malgré ça, elle est volontaire, courageuse et déterminée. Son défaut, qui devient vite lassant même si on la comprend, c’est qu’elle ne veut compter sur personne à part elle, du coup, elle repousse sans arrêt Tucker quitte à être malheureuse, heureusement qu’il est tenace ;-)

* Tucker est un jeune homme avec des valeurs, qui sait ce qu’il veut faire de sa vie. Le hockey est une passion mais il ne deviendra pas pro, non il aspire à d’autres ambitions. Bon il est aussi très beau et sexy, mais pas que !! Il est également serviable, patient, persévérant, à l’écoute, gentil, tendre et il assume ses actes mais il sait aussi se montrer hot !! Il est aussi le seul à voir au-delà de l’image que Sabrina renvoie. Il a compris comment elle fonctionnait et va la laisser venir doucement à lui et c’est là qu’on voit qu’il est très, très, très patient !! Bref, il ne peut que vous faire craquer.

En bref, un tome plus doux et moins intense que les autres mais qui reste très plaisant à lire. Sabrina et Tucker sont des personnages attachants qu’on apprécie de voir évoluer et qui fonctionnent très bien ensemble.
Elle Kennedy, nous offre un épilogue qui met un beau point final aux aventures de Garrett, Logan, Dean et Tucker.

**Merci à Olivia et à Hugo Roman pour cette lecture**

Mes extraits :
- A un de ses quatre, me lance-t-il d'une voix rauque.
Et puis il se met en route sans dire un mot en me laissant le regarder s'éloigner avec inquiétude.
J'ai fait ce qu'il fallait. Je le sais. Même si j'avais eu plein de temps libre pour continuer avec lui, il n'y a pas de place dans ma vie pour quelqu'un comme Tucker. Il est gentil, sérieux, et il a clairement les moyens, alors que moi je suis chiante, stressée et que j'habite un taudis. Il peut parler tant qu'il veut de coup de foudre, mais ça ne change rien à la réalité. Je ne suis pas une fille pour John Tucker et je ne le serai jamais.
*** ***
- Ouais je suis admise en droit à Harvard.
- Putain de ouais !
Je me secoue et je l'enlace pour lui faire un gros câlin.
- Félicitations ma belle, je suis fier de toi.
- Moi aussi je suis fière de moi.
Sa voix contre mon cou est assourdie.
Oh merde cette étreinte était une mauvaise idée. Maintenant, la seule chose à laquelle je pense, c'est la façon dont ses seins ronds et voluptueux se pressent contre ma poitrine.
Le souffle de Sabrina se fait plus sifflant quand elle s'aperçoit du changement qui a lieu dans mon corps.
- Désolé, dis-je, l'air piteux, en reculant les hanches.
Un grand rire jaillit de sa bouche. Elle incline la tête pour me regarder avec humour. Et chaleur.Je perçois clairement une étincelle de chaleur, là.
- La pauvre garçon, murmure-t-elle. Dois-je lui expliquer la différence entre un câlin et une baise ?
Jé-sus ! Cette fille n'a pas le droit de prononcer le mot "baise". Ça sonne tellement comme une promesse quand sa sort de ses lèvres pulpeuses.       

Chronique de Coco Tessie-cops
Broché: 480 pages
Éditeur : Hugo Roman
Collection : New Romance