jeudi 5 janvier 2017

LA MALEDICTION D’OXFORD d’Ann A. McDonald

Sort le 5 janvier 2017

Résumé : Cassandra Blackwell, jeune Américaine d'origine modeste, intègre la prestigieuse université d'Oxford pour une année d'études. Toutefois, la qualité de l'enseignement, les porches recouverts de lierre ou les soirées étudiantes ne figurent pas parmi ses priorités. Elle n'a qu'un objectif : découvrir la vérité sur le passé de sa mère, étudiante à Oxford dans les années 1990, qui a fui ce paradis d'un autre temps avant de se suicider quelques années plus tard. L'enjeu est important, car Cassie pourrait enfin connaître l'identité de son père. La jeune femme se lie rapidement avec l'élite anglaise et plonge dans ce monde fascinant aux traditions séculaires. Pourtant, au sein de ce campus légendaire, une force inquiétante est à l'œuvre : l'École de la Nuit, une société secrète qui semble liée à une série de suicides. Cassie pourrait bien être la seule à pouvoir y mettre un terme - mais à quel prix ?

Mon avis : Avant toute chose, j’aimerais remercier Camille et les éditions Michel Lafon pour ce partenariat. 

Bien avant de lire l’histoire, j’ai de suite été attirée par la couverture magnifique de ce livre, et bien que l’histoire m’ait parue familière dans certains termes, je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce genre de récit.

Après le suicide de sa mère, Cassie a du faire face, seule, à la dure réalité de la vie. Destinée à errer dans les squats, elle a finalement un regain d’orgueil et décide d’utiliser son intelligence pour s’en sortir en assistant, parfois illégalement, aux cours dans les établissements les plus renommées du pays. Jusqu’au jour où elle reçoit un courrier comprenant un collier identique au sien, un billet de bateau, une photo de sa mère et une note stipulant qu’elle ne pourra pas se cacher éternellement et qu’elle doit revenir pour en finir avec tout ça.
Intriguée, elle va alors tout faire pour comprendre ce message mais pour cela, elle devra passer par Rutledge, l’université la plus réputée d’Oxford.
Elle débarque alors en Angleterre, certaine de pouvoir résoudre l’énigme du passé de sa mère et ainsi découvrir qui est son père, qu’elle n’a jamais connu. Toutefois rien n’est jamais facile et en déterrant le passé, Cassie ne s’attendait sûrement pas à entrer au cœur de l’un des plus grands secret de l’université : l’École de la Nuit, ni à devoir défendre sa vie et celles de plusieurs autres personnes.

Lorsque j’ai terminé ce livre, je dois avouer que j’étais quelque peu sceptique quant à mon avis. Est-il positif ? Négatif ? Je dirais ni l’un ni l’autre. J’ai vraiment apprécié le réalisme insufflé par les descriptions ainsi que le suspens qu’a instauré l’auteur autour de cette école, me demandant très souvent ce qui allait bien pouvoir se passer, mais une fois la fin découverte, j’ai été surprise et pas forcément dans le bon sens du terme tant le dénouement m’a semblé tiré par les cheveux. Je ne comprends pas pourquoi l’auteur est soudainement partie dans le fantastique dans la dernière partie du livre. Enfin, si, il y a de l’idée mais seulement, elle n’a pas été vraiment exploitée ou expliquée et c’est dommage, car j’ai eu l’impression qu’elle était tombée comme un cheveu sur la soupe.

Au-delà de ça, l’auteur a un style d’écriture plutôt agréable à lire même si à certains moments, des longueurs ont plombé ma lecture. J’ai apprécié la narration à la troisième personne entièrement donné du point de vu de Cassandra, ce qui m’a permise de m’attacher à elle.

Cassie est un personnage très intéressant à suivre. Elle est déterminée mais a la tête sur les épaules. Même si des garçons tournent autour d’elle, notamment Charlie ou Hugo, son objectif est surtout tourné vers sa mission, ce qui nous donne des passages sympathiques mais sans romance.

En bref, un roman qui se lit plutôt bien, avec des personnages attachants et très bien exploités mais dont le dénouement ne m’a malheureusement pas séduite.

Chronique de Sandy Twi-cops
Broché: 362 pages
Éditeur : Michel Lafon

3 commentaires:

  1. Malgré ton avis mitigé ta chronique me donne bien envie de le lire ! Donc je vais certainement me le procurer, en plus j'adore Oxford :)

    RépondreSupprimer
  2. Bon, pas pour moi je pense. Merci !

    RépondreSupprimer