lundi 22 janvier 2018

DEFAILLANCES de B.A Paris

Sortie le 4 janvier 2018

Résumé: Cassandra est mariée depuis un an avec Matthew, et leur bonheur semble sans nuages. Jusqu'à ce qu'un orage, un soir, pousse Cass à emprunter une route qu'elle n'aurait jamais dû prendre, à travers la forêt. Trop isolée, trop sombre, trop dangereuse. Tellement dangereuse, d'ailleurs, que lorsqu'elle dépasse une voiture arrêtée sur le bord de la chaussée, Cass choisit de ne pas s'arrêter pour proposer son aide à la femme qui se trouve à l'intérieur. Mais lorsqu'elle apprend, le lendemain, que la femme a été retrouvée sauvagement assassinée, Cass est assaillie par la culpabilité. Et les coups de fil anonymes qu'elle reçoit désormais chez elle transforment ses angoisses en terreur. Elle en est persuadée : quelqu'un l'a vue, ce soir là. Quelqu'un qui continue de l'observer. Quelqu'un qui pourrait bien être l'assassin. Pourtant ni Matthew, ni Rachel, sa meilleure amie, ne prennent ses craintes au sérieux. Et Cass elle-même commence à douter : comment être sûre de quoi que ce soit alors qu'elle perd chaque jour un peu plus la mémoire, oubliant le code de l'alarme, sa place de parking, ce landau qu'elle a commandé même si elle n'a pas d'enfants, et ce que peut bien faire dans sa cuisine ce couteau ensanglanté qu'elle ne reconnaît pas.

Mon avis: Bien que la maison d'édition Hugo Roman soit principalement connue pour ses New Romance, j'ai eu le plaisir de découvrir qu'ils publiaient aussi des Thrillers. Je me lance donc dans cette nouvelle parution de l'année pour me faire un avis.

J'ai ainsi pu découvrir la terrifiante histoire de Cassandra Anderson, jeune mariée à Matthew et enseignante à Castel Wells en Angleterre. Cette jeune femme a apparemment tout pour être heureuse; un mari qui l'aime, un job qu'elle aime, une vie sociale riche après avoir vécu de très dures moments avec sa mère qui était atteinte de démence. Pourtant un soir, alors qu'elle rentre d'une soirée sous un terrible orage, elle prend une décision qui va bouleverser sa vie. En décidant de prendre le raccourci par les bois pour arriver plus vite chez elle, Cass ne s'attendait pas à y rencontrer une voiture sur le bas côté, sûrement en panne. S'arrêtant dans un premier réflexe, elle finit par repartir quand la conductrice ne la rejoint pas. Quelle ne fut pas alors sa stupéfaction quand elle apprend le lendemain que la jeune femme a été sauvagement assassinée après son départ. Cass s'en veut alors terriblement mais la honte et la peur la poussent à se taire. Si seulement l'assassin pouvait être arrêté pour qu'elle puisse vivre à nouveau. Surtout qu'elle a d'autres problèmes à gérer, notamment ses pertes de mémoires qui la troublent. Et si elle devenait simplement folle... comme sa mère?

Whaou quelle histoire! On pourrait croire que je suis habituée à ce genre d'histoire et pourtant j'arrive encore à être surprise. Le mérite en revient bien évidemment à l'auteur dont la plume est fluide et plus qu'agréable à lire. Son choix de la première personne est là encore judicieux car la démence et la paranoïa dont semble être atteinte l'héroïne renforce le suspens que B.A. Paris instaure tout le long du roman. L'histoire quant à elle est un peu plus classique mais le déroulement est très bien mis en place, le tout accentué par une atmosphère de doute qui pèse sur la lecture.

Du côté des personnages, l'auteur prend bien soin de les mener où elle le désire. Ils sont bien développés, rendus réels par leurs réactions et leurs actions. J'ai eu envie de frapper Matthew quelques fois, ne comprenant pas pourquoi il n'appuyait pas sa femme, puis je me suis rappelée le désarroi et l'impuissance que j'ai vécu quand j'ai moi-même été confrontée à cette maladie. Je me suis alors concentrée sur Cass. Sur sa peur, son désarroi, son impuissance à ne pas comprendre ce qu'il lui arrive. J'ai pu la voir passer de la certitude au doute puis à la résignation, l'emmenant dans une sorte de phase apathique. C'est très déstabilisant. Heureusement, Cass possède aussi une force de vivre puissante et trouver qui est son harceleur va la pousser à se relever. Je ne peux vous en dire plus sans vous spoiler le reste de l'histoire, alors je ne peux que vous conseiller de lire ce thriller qui ne m'a pas déçue et que je classe immédiatement dans mes coups de coeur de l'année 2018.

Mes extraits: 
 Un autre éclair traverse le ciel et disparaît dans la forêt. Le vent fouette les branches qui viennent gratter au carreau, côté passager, comme si quelqu’un cherchait à entrer. Un frisson me parcourt la colonne vertébrale. Je me sens si vulnérable que je desserre le frein à main et que j’avance un peu, pour donner l’impression que je vais repartir, en espérant obliger la femme à faire quelque chose – n’importe quoi – pour me faire comprendre qu’elle ne veut pas que je reparte. Mais il ne se passe toujours rien. À contrecœur, je m’arrête à nouveau, parce que ça ne me paraît pas bien de repartir et de l’abandonner. Mais je n’ai pas non plus envie de me mettre en danger. En y repensant, elle n’avait pas l’air inquiète quand je l’ai dépassée, elle n’a pas fait de grands gestes, ni le moindre signe indiquant qu’elle avait besoin d’aide ; quelqu’un – son mari ou une assistance dépannage – est peut-être déjà en route. Si je tombais en panne, j’appellerais en tout premier Matthew, pas un inconnu qui passe en voiture. 
Pendant que je reste assise là à hésiter, la pluie forcit, tambourine de plus belle sur le toit : Pars, pars, pars ! C’est la pluie qui me décide. Je desserre le frein à main, m’éloigne aussi lentement que possible, pour lui donner une dernière chance de me faire signe. Mais elle ne fait rien.
***
Je me creuse la cervelle, j’essaie de me souvenir, de deviner ce que nous aurions pu décider d’acheter. Ça pourrait être n’importe quoi : parfum, bijou, livre, mais rien ne me revient en mémoire. Aurais-je oublié ? Des souvenirs de maman m’envahissent, désagréables, que je tente immédiatement de repousser. Ce n’est pas la même chose, me dis-je farouchement. Je ne suis pas comme maman. Demain, ça va me revenir.
***
« J’allais juste te rappeler, dis-je. Je suis désolée d’avoir paru ingrate. J’étais encore à moitié endormie à cause des pilules. » 
Matthew ne répond pas. Croyant que mes excuses n’ont pas suffi, je m’apprête à aller un peu plus loin. Jusqu’à ce que je comprenne que ce n’est pas Matthew au bout du fil. Ma bouche s’assèche instantanément. « Qui est là ? demandé-je froidement. Allô ? » Le silence menaçant confirme mon angoisse absolue : non seulement il est de retour, mais il ne m’a jamais lâchée. La seule raison qui l’ait empêché d’appeler jeudi ou vendredi, c’est que Matthew était à la maison. S’il appelle aujourd’hui, c’est qu’il sait que je suis à nouveau seule chez nous. Ce qui veut dire qu’il surveille la maison. Ce qui veut dire qu’il est tout près. 
La peur m’enveloppe tout le corps, me picote la peau. S’il me fallait une preuve que le couteau que j’ai vu dans la cuisine hier soir était bien réel et pas le produit de mon imagination, j’en ai une.

Chronique de Sandy Twi-Cops
Broché: 400 pages
Editeur: Hugo Roman
Edition: Hugo Thriller

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ce livre mais grâce à ta chronique je viens de le mettre dans ma liste prioritaire !

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai acheté mais pas encore lu. Ton avis positif me conforte dans mon choix

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce genre de livres. merci

    RépondreSupprimer